J’ai dans ma PAL un roman de P.D. JAMES, romancière de même étoffe que Agatha CHRISTIE ou Mary HIGGINS CLARK à mes yeux, et dont je ne sais ce que signifient ses initiales ce qui m’intrigue au plus haut point, titré La salle des Meurtres en français.

L’intrigue :
Un premier corps qui était un des co-directeurs puis un second cadavre sont découvert dans un musée consacré à l’époque de l’entre-guerre, célèbre pour la salle au thème des plus fameux  meurtres de l’époque et qui risquait la fermeture définitive.
Le détective Adam Dalgliesh enquête.
  
Le roman s’articule en 4 livres qui sous-traitent tous les personnages et le lieu pour le 1er livre puis des victimes exclusivement pour les 3 autres.
Je dois que le 1er est très long, placez les tous dans leurs fauteuils !  J’ai eu la démangaison d’aller voir au chapitre suivant…
Quant au lieu, il semble être l’unique lieu de l’intrigue. Même si l’on évoque ou vit dans d’autres emplacements i.e. Londres ou Cambrigde, le musée occupe tout l’espace, vampirise le roman, quitte à être sur le devant de la scène : il est le personnage principal !
 
Je ne l’ai pas encore fini, à peine au moment de la découverte du 1er corps. Le sera-t-il avant la fin du mois ? Je dis ça car il n’a pas cette poigne qui fait palpiter l’action – du moins pour l’instant – tout va nonchalent.
Et puis la description des personnages est rédigée de telle sorte que leur vie est ennuyeuse, prise sous le prisme défaitiste, pessimiste de la monotonie, et ce même pour les plus flambeurs.

C’est la curiosité qui aidera la lecture en chemin, sûrement !
Oui, lentement mais sûrement.
Tant mieux pour le suspense !
 
 

image

Advertisements