Parce que Le Mois Anglais, j’ai recherché tout au long de ma route des artefacts angliches. Qu’ai-je donc vu ? Qu’ai-je donc entendu ? Qu’ai-je donc dit ? Et fait ? Et lu ? Et écrit ? Et etc…
 
Entre deux séjours en ville, l’aller et le retour se sont allègrement transformés en lecture d’aventure piratesque : L’île au trésor de Stevenson a été grandiose ! A chroniquer dans pas longtemps…
 
image

 
Puis j’ai du me séparer de mon livre de grammaire anglaise, un exemplaire de “My English is pathetic”, si compact qu’il se glissait dans la poche, chose rare pour un bled ou un A-Z, non ? Oui, je suis resté fidèle à ces scolaires de collégiens ! Ils ont le mérite d’être un concentré grammatical ! Comment, dites-vous ? Ah oui, bah donné à ma soeur qui se met un peu à l’anglais.
 
Ensuite j’ai croisé des items variés qui vont de la vaisselle et gâteaux secs au textile et bagagerie en passant par des batiments et véhicules, au fur à mesure de ma déambulation urbaine. Le point commun : le symbole angliche ! Un verre de limonade timbrée London au bord d’une terrasse, un pub irlandais plus qu’anglais (tant pis, je le dis quand même), des sablés angliche au nom scottish quand même since 1888 qui est une date si ronde qu’elle ne s’émiettera pas dans mon cerveau, une Mini aux bandes angliches soit rouge sur fond blanc, une spacieuse Rover métallique, des draps au tons Union Jack flottant tel le drapeau par dessus la rambarde d’une résidence cosy, des T-shirts moulés criant à pleins poumons leurs slogans angliches, des sacoches de toutes formes aussi bien aux stands du marché que suspendus en bandoulière barrant un torse viril ou jetés à l’épaule toute en fine courbure féminine. Désolé pas de photographies car pas de télé-objectif !
 
Et, clou de spectacle ! (Bon, je sais que ça ne plaira pas à certains mais loin de moi l’idée déplacée, je le jure !)
Deux blondes, étudiantes à voir leurs sacoches de cours fashion déborder de classeurs, qui traversaient la rue, là où se perdait mon regard qui ne les avait pas vues… mais entendues ! Un doux tintement, rythmé typiquement anglais telle une vague ni houleuse ni huileuse sur une mer de printemps. Une langue avec ces attraits vous ferait succomber !
J’ai fini avec l’île !
 
 

image

image

 
Réels : ok,
Sur le vif : rédigé au soir,
Moins de 100 mots : sais pas, vérif plus tard,
Théme : +++

Advertisements