image
Photo julien ribot

Figure au centre de la scène, la violoniste tendait les bras vers le public figé. Le silence était grandiose. Ni cliquetis ni grésillement.
Puis ce fut l’explosion. Elle fit sursauter la salle, pourtant habituée aux éclats de chant. Le sol trépida sous la pression des mains qui applaudissaient avec frénésie. Oui, frénésie qui faisait monter la fièvre des spectateurs.
L’excitation de la violoniste aussi, qui sentait le trac de l’après-scène l’envahir. Elle le gardait confiné derrière les paupières closes.
Sourire flottant aux lèvres, les bras ouverts, enfin elle salua élégamment, le violon valsant avec grâce au bout du bras.

Ouvrant les yeux, elle ne vit que la pièce dépecée où elle se cachait avec le vieux Stradi.

image

Advertisements